Mémoire

La mémoire. J’avance à tâtons à travers ce vaste thème. Je tente de trouver la question, le problème, la chose qui me pousse à chercher dans cette direction. Le pourquoi. Je ne suis pas scientifique, je ne suis pas philosophe. J’approche ce sujet presque naïvement, sans connaissance particulière sur la question. Je tente de comprendre les liens complexes que me relient, qui nous relient.

Mémoire

souvenir oubli amasser ressasser trou amnésie corps esprit construction histoire personnel universel collectif devoir négation flottement noir précision invention remodeler flou douleur enfermement éloignement puissance hallucinations destruction produire rêves flash revenir arrière passé lointain enfance visages multiple s’accorder commun vérité mental psyché

identité

identité

identité

 

Je cherche. Je trouve des souvenirs. Je creuse. Profondeurs abyssales de la mémoire, qui semble n’avoir aucune limite. Jusqu’où peut-elle aller ? Puisque chaque souvenirs fait échos à un autre, plus ancien, parfois même pas vécu, de l’ordre de la mémoire familiale, transmise par les gènes. Tout ça peut aller très loin. Jusqu’où ? Je cherche. J’avance.

Au commencement, une histoire de briques. Qui s’accumulent. Qui construisent un espace, un mur. Déconstruction. La suite vole vers des poèmes. On parle d’histoire, de trauma collectif, d’inhumain. De là apparaît une marionnette. La marionnette, comme dédoublement de soi. Une partie du moi que je ne saurai décrire ou expliquer. La part non-humaine. D’autres idées : une voix off, du silence, du bruit, des sensations, des flashs.

Laisser un commentaire