Entrer dans la danse

« La danse est l’évènement du corps qui se déploie – et nous défie de le déchiffrer, de la ressentir, de le célébrer, ou de l’encaisser comme un coup de poing…On peut aussi le penser, le porter, le supporter, le transformer, le mouvementer. Il est plongé dans le champ des perceptions – à présenter, représenter, intensifier ; et déplacer. Il est l’objet de l’action qu’il déclenche, dont il est le sujet. Le corps est l’évènement que la danse elle-même va rappeler apprivoiser, retenir ; et perdre. «  Daniel Sibony, Le corps et sa danse

Des expériences ici ou ailleurs, des expériences de corps et de mouvements. À Rennes, à Nanterre, à Paris. La danse contemporaine, deuxième découverte dans mon cursus universitaire, m’accompagne depuis comme mon ombre.

 

Espace corporel

Le premier espace dans le quel évolue le corps est l’espace corporel. Il s’agit de l’espace interne. Lorsqu’il y a improvisation, le corps en entier est mobilisé : les sens sont en éveil, seul l’esprit, qui d’habitude régit la matière, doit être, à mon sens, en repos. Car si l’esprit intervient il ne s’agira dès lors plus d’improvisation mais d’une danse réfléchie. L’improvisation doit être une « visite » de son propre espace intérieur, pour y découvrir des sensations, des mouvements que l’on n’aurait pas soupçonnés.

La danse créé un nouvel espace dans le corps. L’improvisation permet de faire vivre cet espace, et de l’habiter. Cet espace est pour ainsi dire libéré par la conscience, qui, dans l’improvisation, se retire. Toutes les pensées qui nous accompagnent au quotidien s’évaporent. Cet espace qu’il reste, c’est le corps dansant qui l’habite. Il me semble que c’est un réel enjeu dans la danse, et particulièrement dans l’improvisation, que d’investir cet espace dans le corps.

 

Laisser un commentaire